6 Guerriers Chinois Célèbres | Mandarin Factory
6 Guerriers Chinois Célèbres

6 Guerriers Chinois Célèbres

de lecture - mots

Pendant des milliers d'années, de puissantes dynasties ont régné sur la Chine. Chaque dynastie a produit de puissants empereurs et dirigeants, chacun cherchant à exercer une influence sur l'ensemble de l'immense région. Tout au long de ces dynasties, de nombreuses armées ont été levées et des milliers de batailles ont été livrées dans toute l'Asie orientale. C'est au cours de ces différents conflits que certains des plus grands commandants militaires de l'histoire de la Chine ancienne se sont illustrés.

A travers cet article nous avons retracé l’histoire de 6 guerriers chinois célèbres de l’histoire de Chine : comment ils ont su se hisser au rang de plus puissants seigneurs de guerre chinois pour certain, leurs époustouflantes victoires qui ont modifié le cours de l’histoire et bien d’autres choses qui ont fait leur renommé.

1) Sun Tzu

Sun Tzu Guerrier

Sun Tzu est sans conteste le guerrier chinois le plus célèbre de l’histoire. Sun Tzu était général sous le roi He Lu de l'État de Wu. À la tête de l'armée Wu composée de 30 000 soldats, Sun a vaincu l'État de Chu qui comptait 200 000 soldats ! Mais il est aussi plus connu pour son livre l’Art de la Guerre qui est largement reconnu comme l'un des livres les plus importants écrits sur le sujet de la guerre. Bien qu'il y ait peu de détails précis sur les débuts de Sun Tzu, les chercheurs ont déterminé qu'il est né dans l'État chinois de Qi et qu'il a servi le roi He Lu de Wu en tant que spécialiste militaire pendant la fin de la dynastie Zhou (1046 avant JC à 256 avant JC). Grâce à ses connaissances et à son expérience, Sun Tzu a développé des théories militaires uniques axées sur la guerre psychologique, un concept novateur à une époque où la plupart des militaires s'efforçaient généralement de supprimer leurs ennemis par une force physique écrasante. Et c’est en utilisant ces stratégies novatrices qu’il a réussit à venir à bout d’armées beaucoup plus grandes que la sienne !

Les leçons contenues dans l’Art de la Guerre se concentre sur un thème principal : l'utilisation de moyens non conventionnels et de la tromperie pour exercer une domination psychologique, produisant un effet de levier inestimable sur les ennemis dans les situations militaires. Dans ses enseignements, Sun Tzu encourage des tactiques telles que la dissolution des alliances des ennemis, et même comment utiliser le retrait ou la retraite comme un avantage tactique. En étudiant la philosophie de Sun Tzu sur la guerre mentale et la stratégie par rapport à la dépendance totale à la force physique, les historiens militaires peuvent mieux comprendre comment l'Art de la Guerre a influencé les tactiques militaires employées par les pays du monde entier jusqu'à nos jours.

2) Yue Fei

Yue Fei

Yue Fei est l'un des généraux les plus célèbres de Chine. Né à la fin de la dynastie des Song du Nord, Yue Fei (1103-1142) il est connu non seulement pour ses succès militaires, mais aussi pour son haut sens de l’éthique. Grâce à des biographies anciennes racontant son histoire et à un temple dédié à sa mémoire, Yue Fei est, dans la tradition chinoise, un symbole durable de loyauté.

Alors que Yue Fei atteignait sa majorité, la Chine était envahie par les Jürchens en provenance du nord et l’empereur avait désespérément besoin de guerriers compétents. Yue Fei était confronté à un dilemme : d'une part, il voulait combattre les Jürchens et défendre sa patrie ; mais d'autre part, il voulait aussi rester en arrière et prendre soin de sa mère âgée. Tiraillé entre ses valeurs de loyauté et son respect pour ses aînés, il ne savait pas quoi faire. Pour l'encourager, sa mère lui demanda de se mettre torse nu. Elle lui tatoua alors quatre caractères chinois sur le dos : jing zhong bao guo qui signifiait "servir le pays loyalement". Maintenant capable de réaliser à la fois le souhait de sa mère et son devoir envers le pays, Yue Fei est rapidement parti au combat.

Yue Fei a organisé et formé une armée puissante, a largement vaincu son ennemi et a apporté le triomphe et l'espoir à d'innombrables personnes. En effet Yue Fei créa son armée, l'Armée de Yue Fei. Elle se composait à l'origine de quelques réfugiés dans le nord qui voulaient regagner leur foyer perdu, puis s'est développée en une grande troupe avec de glorieux exploits militaires. Une fois, avec seulement 500 hommes, il a vaincu une armée Jürchen de 100 000 soldats, les forçant à fuir ! L'armée qu'il dirigeait s'appelait "l'armée Yue" et il y avait un dicton populaire parmi le peuple : "Il est facile de secouer une montagne, mais il n'est pas facile de secouer l'Armée Yue." Plus de 100 000 guerriers de sa troupe étaient extrêmement loyaux, forts et disciplinés. Yue Fei était célèbre pour protéger les civils et s'occuper de ses soldats en dehors du champ de bataille. Il était strict avec ses soldats et leur interdisait de malmener les civils dans les villes qu'ils traversaient. Par conséquent, le Général Yue Fei et son armée étaient très respectés et aimés des civils.

Mais les exploits de Yue Fei suscitèrent la jalousie de plusieurs fonctionnaires proches de l'empereur. C’est pourquoi le 27 janvier 1142, Yue est empoisonné à mort à l’âge de 39 ans, en prison, à Hangzhou par le chancelier Qin Hui après avoir été faussement accusé. Cependant, 21 ans plus tard, l'empereur Xiaozong monte sur le trône et ordonne la réhabilitation de la réputation du général Yue. L'empereur décrète que la tombe de Yue sera construite près du lac Ouest de Hangzhou.

 

3) Han Xin

Han Xin

 Han Xin (environ 231 à 196 av. J.-C.) était l'un des stratèges militaires les plus remarquables de l'histoire chinoise. Il est surtout connu pour avoir aidé Liu Bang à prendre le pouvoir et à inaugurer le règne de 400 ans de l'une des plus glorieuses dynasties chinoises.

À la fin de la dynastie Qin, la Chine est tombée dans le chao et plusieurs États se disputent le contrôle. Han Xin a servi dans l'armée chinoise, gravissant les échelons en tant que garde de bas niveau avant d'être promu au rang de général supérieur en quelques années seulement. Le seigneur Liu Bang a reconnu les prouesses militaires de Han Xin et a prédit que l'homme avait le potentiel pour devenir un atout vital. Cela s'est finalement avéré vrai, car la détermination et la pensée stratégique de Han Xin ont permis à Liu Bang de s'établir comme l'un des trois chefs rebelles qui se sont affrontés pour obtenir la supériorité militaire. Sous la direction de Liu Bang, Han Xin a joué un rôle essentiel en forçant la fin d'une guerre de cinq ans contre l’armée Chu.

 Au cours de ce conflit, Han Xin a mené des batailles avec des armées Chu beaucoup plus importantes que la sienne, en utilisant des tactiques qui impliquaient une guerre psychologique, ainsi que des attaques surprises et un positionnement stratégique pour prendre le dessus dans les conflits. La bataille de Jingxing, au cours de laquelle Han Xin a positionné environ 30 000 de ses hommes dos contre une rivière (bloquant ainsi toute possibilité d'attaque surprise), cela a été la principale démonstration de l'efficacité au combat de Han Xin, garantissant qu'ils se battraient au maximum de leurs capacités lorsqu'ils affronteraient environ 200 000 soldats ennemis. En même temps, il envoya un petit nombre de soldats à cheval pour capturer le camp ennemi, de sorte qu'au moment où l'armée adverse était confrontée à la défaite sur le champ de bataille, la découverte choquante qu'elle n'avait aucune base pour se replier provoqua l'effondrement de son armée.

Avec l'aide de Han Xin, les forces de Liu Bang sortirent victorieuses et il devint le premier empereur d'une nouvelle dynastie les Han.

Han Xin a fait preuve d'une loyauté remarquable. Lors de la conquête du royaume du Qi, certains l'ont poussé à abandonner Liu Bang et à établir son propre royaume sur les terres qu'il avait prises. "Ma gratitude envers le roi Han est extrêmement profonde", aurait répondu Han Xin. La loyauté de Han Xin découlait de sa croyance à suivre la volonté du ciel et de la conviction traditionnelle chinoise selon laquelle les empereurs étaient dotés de leur pouvoir grâce à la bénédiction divine.

Malgré les promesses de Han Xin qu'il n'avait pas l'intention d'usurper le trône, avec le temps, Liu Bang et la Reine Lu sont devenus méfiants et jaloux du général très compétent. Finalement, la reine Lu l'a accusé de "comploter une rébellion". Han Xin a été conduit dans un piège et tué au palais de Changle avec ses proches. Le reste de son clan a également été anéanti par la suite.

 

Statue guerrier chinois

4) Cao Cao

Cao Cao

Cao Cao est entré dans l'histoire comme l'un des plus puissants généraux chinois de la dynastie Han, qui s'est étendue de 206 avant J.-C. à 220 après J.-C. Cao a été promu au rang de général grâce à ses importantes contributions à la fin de la Rébellion du Turban Jaune, un soulèvement des paysans et des gens du peuple qui a commencé en 184 et s'est terminé dans le chao. À la fin de la rébellion en 205, la Chine a été divisée en trois royaumes instables, chacun devant être dirigé par un certain nombre de grands généraux. Des généraux de haut rang, comme Cao, se sont battus et ont manœuvré pour unifier les royaumes sous un seul dirigeant. Après avoir revendiqué une position stratégique près de la capitale de l'empereur Xian au nord, Cao a fait de l'empereur son prisonnier.

Cao a ensuite contraint l'empereur Xian à rassembler des centaines de milliers de soldats sous son commandement, devenant ainsi le plus puissant seigneur de guerre de la Chine du Nord. Son but était de gagner l'allégeance des autres grands généraux, et lorsqu'ils refusaient d'honorer son commandement, il les faisait se soumettre par la force. Utilisant son contrôle sur le paysage politique et militaire chinois, Cao Cao a assumé le rôle de dirigeant, et grâce à une administration prudente des ressources, il a poussé à la réunification de toute la Chine. Malgré ses efforts, Cao Cao n'a pas pu unifier totalement la Chine en raison du nombre de généraux qui contestaient catégoriquement son règne, mais on se souvient encore de lui comme d'un commandant brillant et célèbre qui a lutté sans relâche pour revendiquer le pouvoir et changer l'ancien paysage sociopolitique chinois. Cao est également un exemple parfait de dirigeant qui a utilisé une stratégie politique, en l'occurrence, transformer l'empereur en marionnette, au lieu de recourir à des tactiques militaires ou à la force brute pour gagner la bataille.

5) Xiang Yu

Xiang Yu

Xiang Yu et sa famille ont été dépouillés de leurs privilèges et contraints à la pauvreté une fois que la dynastie Qin a officiellement pris le pouvoir. La dynastie Qin, qui a aboli les États adversaires dont l’état de Chu duquel faisaient partie Xiang Yu et sa famille, a été la cible d'une haine généralisée de la part des citoyens chinois en raison de leurs méthodes cruelles pour faire respecter le gouvernement. En quête de pouvoir, Xiang Yu, cajolé par son oncle, Xiang Liang, décide de prendre les armes contre l'empire. Alors que la bataille entre les forces rebelles combinées et l'empire Qin progressait, Yu a finalement succédé à son oncle en tant que commandant suprême des forces rebelles Chu, réussissant plus tard à écraser la capitale de l'empire Qin, et à exécuter l'empereur Qin. Notamment avec la bataille de Julu, ou Xiang Yu avec 50 000 hommes a vaincu plus de 400 000 hommes de Qin après des jours de combat. Jusqu'à 200 000 soldats de Qin se sont rendus à lui. Il a ensuite massacré ces soldats. Sa victoire a scellé le sort de la dynastie Qin.

L'empereur étant mort, les grands généraux ont tous tenté de s'emparer de la suprématie impériale. Yu a conclu un traité avec le général Liu Bang, stipulant que les deux parties se partageraient le territoire chinois à parts égales. Malheureusement, les forces de Xiang Yu ont été vaincues par l'armée de Liu Bang lorsqu'il a rompu la trêve de façon surprenante en 202 avant JC. Après sa défaite, Yu s'est suicidé avant que l'ennemi ne puisse le capturer. Aujourd'hui, les historiens se souviennent de lui pour son héroïsme dans le feu de la bataille, ainsi que pour le rôle essentiel qu'il a joué dans la dissolution du malaimé empire Qin. L'héritage de Yu est honoré par d'innombrables histoires, chansons et poèmes.

6) Qi Jiguang

Qi Jiguang

Qi Jiguang est né en 1528, sous la dynastie Ming, qui s'est étendue de 1368 à 1644. Lorsque l'armée mongole, qui avait été chassée du pouvoir à la fin de la dynastie précédente, a tenté de reconquérir le territoire chinois en franchissant la Grande Muraille de Chine en 1549, Jiguang a servi de général dans la défense de Pékin et a contribué de manière significative à repousser les envahisseurs mongols.

Après avoir vaincu les Mongols, Jiguang a finalement été nommé commandant adjoint chargé de défendre la zone côtière du Zhejiang contre les raids de pirates vers 1556. Qi Jiguang a repoussé les attaques des pirates japonais en formant un groupe de volontaires pour vaincre les envahisseurs grâce à une formation tactique novatrice appelée formation du canard mandarin. Cette nouvelle approche créative utilisait des tactiques de combat collectif avancées pour s'assurer qu'un groupe de 12 hommes protégerait son chef à tout prix pendant un conflit ; si le chef venait à mourir, Jiguang ordonnait que tous les survivants de cette unité soient mis à mort, s'assurant ainsi que les soldats déploient tous les efforts possibles pour protéger leur chef puisque leur propre vie en dépendait. Cette stratégie froide mais efficace a permis à Jiguang de repousser définitivement les envahisseurs japonais en 1567, lui valant le respect nécessaire pour atteindre le plus haut grade de l'armée chinoise, celui de commissaire en chef, en 1574. Les concepts fondamentaux de l'époque où Jiguang était commissaire en chef ont contribué à améliorer l'efficacité globale de l'armée chinoise et à faire progresser ses tactiques défensives

Les guerres de la Chine ancienne ont produit de nouveaux systèmes politiques, de nouvelles stratégies militaires et de nouvelles philosophies, qui constituent le fondement de ce que représente aujourd'hui la République populaire de Chine. Les leçons laissées par les généraux et les stratèges militaires de cette époque ont continué à avoir un impact sur les événements militaires mondiaux, car leurs stratégies, théories et tactiques sont souvent appliquées aux situations militaires modernes ; de nombreux généraux américains modernes admirent les tactiques de combat psychologiques et défensives de Sun Tzu dans les campagnes militaires.

Ici nous avons dressé le portrait de 6 seigneurs de guerre chinois mais ils en existent beaucoup d’autres, avec des histoires et des exploits incroyables, dont nous vous parlerons prochainement.

Collection statue chinoise guerrier


Newsletter

Inscris-toi pour recevoir les dernières nouveautés ainsi que de nombreux codes de réduction